🎥 Prendre un coffre : s’amarrer au mouillage sans effort, ou presque !

Partager cette pépite
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

⬇  Quiz : testez-vous en fin d’article!  ⬇

La carte aux trésors afficher

Wahou ! On a navigué toute la matinée. Et maintenant on a un petit creux

C’est peut-être le moment d’aller au mouillage pour pouvoir piquer une tête et mangé un morceau.

Mais!

Qui dit mouillage dit ANCRE !?

Il va falloir jeter l’antre lorsqu’on est arrivé à destination.

Et surtout, il va falloir relever l’ancre pour repartir. En plus, lorsqu’on n’a pas de guindeau électrique, on devra relever l’ancre à la main.

Et ça c’est une manoeuvre qu’en général on préfère éviter, si on peut.

Est-ce qu’il n’y a pas d’alternatives?

Et si pour mouiller, on choisissait un endroit où on avait déjà une ancre installée pour nous…

…une ancre fixe…

… et de celle qu’on aurait juste à accrocher au bateau.

Devinez quoi ?

C’est possible !

Où ça ? Dans un mouillage où il y a des coffres.

On va voir ça en détail aujourd’hui.

Alors dans cette vidéo, on va s’intéresser à ce qu’est un coffre.

On va ensuite voir comment on réalise la manoeuvre de prise de coffre pour s’amarrer au coffre.

On dit aussi prendre un coffre.

Et on va voir ça à travers les différentes étapes de la manoeuvre grâce à une compilation d’extraits vidéos des meilleures vidéos youtube sur le sujet.

Pour finir on verra quelques précautions à prendre pour pouvoir faire cette manoeuvre de manière zen. L’objectif est de garder son calme même lorsque la manoeuvre ne se passe pas comme prévu.

Prise de coffre prendre mouillage ancre posidonie herbier zostere

Salut les voileux, c’est Ted de barreatribord.

Si vous n’avez pas encore reçu mon guide que j’offre sur comment bien débutr à la voile n’hésitez pas à le télécharger.

Le lien se trouve ici : https://a-la-voile.fr/ebook-debuter-voile

Aujourd’hui on va parler de coffre. On va parler de la manoeuvre de prise de coffre.

Une première chose à savoir : il ne faut pas confondre coffre et balise.

Un coffre n’est pas une balise.

On va pouvoir s’amarrer un coffre mais pas à une balise.

D’accord.

Pour pouvoir comprendre comment fonctionne le coffre, on va partir d’un mouillage classique.

Un mouillage classique avec l’ancre et la chaîne. Et on va utiliser un orin.

Je m’explique.

Analogie entre mouillage avec orin et coffre

Ici on a un bateau. Notre bateau a jeté l’ancre.

Notre ancre est sur le fond. La chaîne repose aussi en partie sur le fond.

Elle remonte ensuite vers le bateau.

Pour pouvoir repérer où se trouve notre ancre on a installé un bout qui s’appelle un orin.

Ici, j’ai dessiné l’ancre. Le bout, l’orin part de l’ancre au niveau du diamant de l’ancre.

Il remonte ensuite jusqu’à la surface de l’eau et on y a accroché une bouée. Qui sera par exemple un parebattage, une défense, du bateau.

Le parebat servira de bouée.

Ici on a utilisé un orin pour pouvoir repérer notre ancre. Les plaisanciers qui vont arriver après nous sauront eux aussi où se trouve notre ancre.

L’orin nous permet aussi de repartir plus facilement si l’ancre est coincé.

Si dans le fond on a des rochers, par exemple, l’ancre peut rester bloquer.

Grâce à l’orin, on va obtenir deux point de tir. On pourra tirer à l’avant de l’ancre grâce à la chaîne. Et en bonus, on pourra aussi tirer de l’autre côté en tirant sur l’orin.

Qu’est-ce qu’on vient de voir ? Le système d’un mouillage classique avec utilisation d’un orin.

La manoeuvre qui consiste à installer un orin s’appelle oringuer.

Cette manoeuvre se rapproche de l’action de prendre un coffre.

Parce qu’un coffre il a, tout comme dans le cas d’un mouillage avec un orin :

Une bouée rattaché à une ancre ou à un corps mort !

Je dessine le niveau de la mer et le fond.

Anatomie d’un coffre

Le coffre est constitué :

  • d’un corps mort : dalle de bĂ©ton posĂ© au fond par exemple.
  • d’une chaĂ®ne qui sera rattachĂ© Ă  une bouĂ©e.
  • et parfois la chaĂ®ne est reliĂ© Ă  la bouĂ©e par un câble, un orin.

Il existe d’autre type de coffre, plus moderne.

À la place d’un corps mort, on installe une ancre.

Cette ancre est enfouie au sol.

De cette ancre, part une ligne de mouillage : une chaîne ou un câble.

Et trouvera aussi une bouée en surface.

Pour que la ligne de mouillage ne repose pas au sol, on utilise un flotteur sous marin intermédiaire.

Dans ce cas, même si la bouée principale se désolidarise dde la chaîne, la chaîne sera maintenu au dessus du sol.

Ce système est encore plus écologique qu’un coffre classique. Et plus respecteux de l’environnement.

Il est fort ce coffre!

Le coffre offre plusieurs avantages par rapport à l’ancre classique.

Le premier, on l’a vu au début de cette vidéo.

C’est évident.

Le coffre est beaucoup pratique que le mouillage forain classique avec une ancre.

Et oui! Plus besoin de relever l’ancre.

Il est aussi plus respectueux de l’environnement.

En effet on aura un impact plus faible au niveau des fonds avec un coffre qui est fixe par rapport Ă  une ancre.

Avec l’ancre, on va jeter l’ancre, on va ensuite culer le bateau.

On va reculer le bateau, faire marche arrière pour pouvoir bien ancrer notre ancre au fond.

Et ça, forcément ça abîme les fonds.

Avec le coffre on sera plus respectueux des fonds.

Et en particulier, il y a des zones où il n’y a que des coffres.

Et où l’ancre est interdite puisque ce sont des zones qui peuvent être protégées du point de vue environnemental.

L’objectif est de protéger les herbiers.

Les herbiers zostères en atlantique et dans la manche ou les herbiers de posidonie en méditerranée.

Dernière chose, c’est que c’est bien pratique pour une question aussi de sécurité !

Pourquoi ?

Parce que, on peut jeter l’ancre où on veut et la distance entre le bateau et l’ancre n’est pas fixe.

On la choisit nous mĂŞme.

Alors que dans le cas du coffre, les emplacements des corps morts ou des ancres des coffres sont fixes.

La distance entre le bateau et le coffre sera réduite puisque on a juste à utiliser une aussière pour s’amarrer au coffre.

Trois types de coffre avec qui j’ai déjà bu un verre

Classe Ă©conomique : repas non inclus

En parlant d’amarrrage, on va regarder d’un peu plus près les systèmes qui existent pour l’amarrage au coffre.

Je vais vous décrire les 3 systèmes que j’ai déjà rencontré.

Le premier c’est qu’on a tout simplement un anneau qui est placé au dessus de la bouée.

Pour ce coffre, on va utiliser une gaffe pour pouvoir rapprocher la bouée de nous.

Si jamais la bouée est trop basse par rapport au niveau où on se trouve.

Et on va faire passer notre amarre dans l’anneau, juste au dessus de la bouée.

Business classe : apparition du flotteur

Deuxième possibilité, en plus d’avoir une bouée avec un anneau, on aura aussi un flotteur.

Se flotteur est muni d’un un petit bout qui sera rattaché à l’orin, au câble, qui est en dessous de la bouée.

Lorsqu’on va se rapprocher du coffre, qu’est-ce qu’on va faire?

Très simple !

On va d’board utiliser la gaffe pour récupérer le bout avec le flotteur pour rapprocher notre bouée principale du bateau.

Et une fois que ça c’est faire, on va pouvoir même récupérer à la main ce bout pour vraiment rapprocher le coffre du bateau.

Ensuite on va utiliser la gaffe comme dans le cas précédent.

C’est à dire qu’on va récupérer la boue et la soulever légèrement.

On va ainsi pouvoir passer notre amarre dans l’anneau.

Troisième possibilité, là on a plus besoin d’amarres.

Première classe : des olives avec votre coktail ?

On n’a plus besoin d’utiliser une aussière sur notre bateau pour pouvoir s’accrocher au coffre.

Oui !

Puisque le coffre, il est composé d’une bouée au dessus et il y a un ou deux câblots.

Ce sont des bouts qu’on va utiliser pour s’amarrer.

On aura plus besoin de l’amarre.

Ces câblots sont gansés.

Il y en aura un ou deux avec une ganse et un petit flotteur.

Quand on va se rapprocher cu coffre, la manoeuvre sera la suivante.

Avec la gaffe, on va récupérer un des deux câblots. Ces câblots flottent rappelez vous grâce aux flotteurs.

On va placer la ganse au niveau d’un des taquets sur le bateau pouvoir nous amarrer rapidement et sans utiliser nos amarres.

Si cette vidéo vous a plu, n’hésitez pas à la liker. Celà m’indiquera que c’est une vidéo qui plait. Et ça m’encouragera à en faire d’autre comme celle là.

Vous l’aurez compris l’objectif de la manoeuvre est de s’amarrer au corps mort ou à l’ancre qui est au niveau du fond via la bouée.

Pour cela, on a une position idéale qu’on souhaite obtenir.

On souhaite avoir notre bateau qui sera naturellement nez face à l’élément dominant.

Ca pourrait être le vent, ça pourrait être le courant ou alors une composante des deux.

On aura le coffre où on se sera amarré.

Aux deux taquets avant du bateau, on utilise une aussière placée en pâte d’oie amarré à l’anneau.

On veillera à garder une certaines distances de la bouée, au moins un mêtre pour ne pas toucher le coffre avec le nez du bateau.

Cette manoeuvre peut ĂŞtre faite soit au moteur, soit Ă  la voile.

Dans cet article, on va se concentrer sur la manoeuvre au moteur.

On va voir comment prendre un coffre au moteur.

Prendre un coffre : s’y préparer, c’est mieux.

Première étape, que ce soit au moteur ou à la voile : il faut préparer la manoeuvre.

On va voir comment la préparer .

D’abord il faut qu’on sache exactement de quel matériel, on a besoin.

On l’avait vu précédemment, on va avoir besoin d’une gaffe. On va avoir besoin aussi d’une amarre.

Puis, on aura besoin forcément d’équipiers !

Il faut définir sur le bateau chaque position dont on a besoin.

Et pour chaque position quel est le rĂ´le de chaque Ă©quipier.

Dernière chose, il va aussi falloir choisir au préalable où est ce qu’on va aller s’amarrer.

Sur quels coffres est-ce qu’on va s’amarrer?

Pour le coffre, on va choisir autant que possible, on coisira un coffre dégagé et où la profondeur est suffisante par rapport au tirant d’eau de notre bateau.

Lorsqu’on fait une manoeuvre comme l’entrée du mouillage qui est du pilotage, on va régulièrement observer la modification, l’évolution de la profondeur de l’eau pendant la manoeuvre.

Et enfin côté matos, voyons tout de suite comment préparer l’amarre et la gaffe.

EXTRAIT VIDEO #1. Source : Macif Groupe

Maintenant qu’on est prêt et qu’on a choisit quel coffre on va prendre, on va pouvoir s’approcher du coffre.

Dans la vidéo précédente, on nous indique qu’on va s’approcher du coffre en regardant la direction dans laquelle se trouvent les autres bateaux.

Les bateaux qui sont eux, déjà sur un coffre dans le mouillage où on se trouve.

LĂ  on va voir pourquoi.

Je prends le tableau.

Première étape : Préparattion, on a préparé.

Deuxième étape : L’approche, on va s’approcher du coffre.

Prendre un coffre : l’approche à pas de velour

Pourquoi est-ce qu’on va s’intéresser à la position des autres bateaux qui sont déjà installés ?

Tout simplement, pour deux raisons.

La première, c’est que pour prendre un coffre, on va vouloir s’arrêter.

C’est à dire immobiliser notre bateau.

Et ça, de préférence, à proximité du coffre.

On va ainsi pouvoir passer notre amarre dans l’anneau.

Voyons ça avec un petit schéma.

Je place l’élément dominant, ensuite je place le coffre.

Notre cible, c’est la bouée du coffre.

Je peux par exemple arrivé au vent du coffre ou au courant du coffre.

On arrive au vent? Sous le vent ?

Qu’est-ce que cela signifie?

Si on trace une ligne imaginaire perpendiculaire à l’axe vent et coffre, toute la zone du côté du zone, est la zone au vent.

Toute la zone qui reçoit le vent après le coffre, est la zone sous le vent.

Si on arrive au vent du coffre, on ne va pas arrĂŞter notre bateau.

Puisque le vent va pousser notre bateau.

Ce n’est pas l’endroit idéal pour arriver au coffre, si on veut s’y arrêter.

Au contraire, on va arriver au coffre sous le vent.

Comme ça on avance et dans le même temps, le vent ou le courant, àtendance à nous freiner.

De sorte que, lorsqu’on va arrêter d’avancer en réduisant notre vitesse, on va réussir à s’immobiliser.

On va s’arrêter proche du coffre, grâce au courant ou au vent qui vont nous freiner.

Autre élément à prendre en compte, le coffre ne va pas être tout droit, il va être dévié.

Il sera dévié dans le sens sous le vent, sous l’élément dominant.

Alors évidemment, on n’a pas intérêt avec notre bateau à arriver au vent.

Au risque de taper dans le coffre sous avec la quille, soit avec le safran de notre bateau.

Quille et safran sont les deux appendices du bateau qui se trouvent sous l’eau.

Pour ces deux raisons, on va privilégier de se rapprocher du coffre non pas au vent, mais sous le vent.

Les bateaux qui sont déjà positionnés au mouillage, pointent déjà vers l’élément dominant et ils sont sous l’élément dominant.

D’où l’intérêt de regarder ce qui se passe autour et de regarder comment sont orientés les bateaux pour pouvoir arriver au coffre.

S’approcherd’un coffre même au moteur ce n’est pas si évident que ça en a l’air.

Pourquoi?

Pour trois raisons.

Comment narguer les trois gardiens du coffre?

D’abord à cause du vent. Parce que le vent va nous faire dériver.

Et la dérive sera proportionnel au fardage. Le fardage c’est la partie du bateau qui est exposé au vent.

Plus le fardage sera grand et plus la dérive sera grande.

Deuxième point, c’est le courant.

On se déplace sur l’eau à la surface de l’eau.

Mais l’eau elle même peut parfois, en fonction des régions monde, elle va se déplacer.

Le déplacement de l’eau s’appelle le courant.

Le courant va lui aussi nous faire dériver.

Il faut donc prendre en compte cette dérive.

Troisième point, c’est l’inertie du bateau.

Le bateau, il ne va pas s’arrêter comme ça, dès qu’on va mettre la manette des gaz au neutre.

Il ne va pas non plus passer de la marche avant à la marche arrière aussi vite qu’on le veut.

Le plus simple pour ça, c’est d’utiliser le gisement.

Le gisement, qu’est ce que c’est ?

On va l’utiliser lorsqu’on va se rapprocher du coffre.

COn va regarder attentivement le coffre, notre cible.

Et on va cherche à aligner un élément de notre bateau avec le coffre.

L’élément du notre bateau pourra être par exemple un chandelier qui se trouve du côté où se trouve le coffre.

Très simplement, on va aligner le chandelier du bateau eavec le coffre.

Notre objectif sera de conserver cet alignement.

Pour ça on ajuster à la barre l’orientation de notre bateau.

Et avec la manette des gaz, on ajustera la vitesse.

Ainsi on arrivera proche du coffre en conservant toujours le mĂŞme gisement.

Le même alignement entre le point de référence pris sur le bateau et notre cible : la bouée du coffre.

Après avoir préparer la manoeuvre, on est en train de s’approcher du coffre.

Plus on se rapproche du coffre et moins la visibilité du barreur, à l’arrière du bateau, sera bonne.

Il faut COM-MU-NI-QUER bordel !!!!!!!!!!!

Ce sera donc important qu’à l’avant et à l’arrière, on communique bien.

EXTRAIT VIDEO #2. Source : Amis du Sinagot.

Si vous pensez que cet article pourra être utile à d’autres personnes, je vous encourage à le partager.

Revenons maintenant Ă  nos coffre.

On vient de le voir dans cette vidéo : troisième point, il faut communiquer !

C’est important qu’à l’avant on communique avec le barreur.

On va ainsi bien synchronisée la manoeuvre et la réussir.

Quatrième point maintenant.

Prendre un coffre : s’immobiliser, ne plus respirer

Vitesse surface, vitesse fond et le courant

Une fois qu’on s’est approché, l’objectif c’est de s’immobiliser juste à côté du coffre.

Pour ça, il faut avoir en tête le fait que nous, on a une certaine vitesse.

Notre bateau sur l’eau, il avance.

Et dans le même temps, si il y a du courant l’eau elle aussi est en mouvement.

En fonction de l’orientation du courant par rapport à notre route, on va être plus ou moins dévié à cause du courant.

Si je trace notre vitesse de surface ici et qu’on a un courant que je représente là.

Alors la résultante des deux, elle va nous donner notre vitesse fond. C’est notre vitesse par rapport au fond.

En réalité, c’est cette vitesse par rapport aux fonds que l’on veut annuler.

On souhaite qu’elles soient nuls, qu’on est quasiment plus de vitesse par rapport aux fonds.

On souahite être immobile par rapport au fond, lorsqu’on sera juste à côté du coffre.

Avec vitesse ou erre? Tenez vous au courant!

S’il n’y a pas trop courant ou qu’il est très très faible, dans ce cas notre vitesse surface sera la même que la vitesse fond.

On aura juste besoin de casser notre erre pour s’arrêter.

On s’est approché lentement d’abord au moteur, en marche avant.

Ensuite, on met la manette des gaz au neutre pour avancer juste avec l’inertie du bateau, juste avec notre erre.

Maintenant pour pouvoir s’immobiliser, on va casser l’erre en faisant une petite marche arrière.

C’est dans le cas où il n’y a pas de courant ou lorsqu’il est très faible.

Par contre, si le courant est important ce qu’on va faire c’est garder de la vitesse.

L’idée c’est que l’eau aura tendance à nous faire reculer .

En même temps nous, avec notre moteur, on va avancer à peu près à la même vitesse.

Et comme ça, on va pouvoir s’immobiliser près du coffre.

On va ainsi récupérer le coffre et passer notre amarre dans l’anneau.

Une fois immobiliser, on va devoir aller très vite pour s’amarrer très rapidement sur le coffre avec notre amarre.

Prendre un coffre : 4 façons de peter la serrure sans dynamite !

Deux Méthodes à l’ancienne

Pour ça, on va voir 4 possibilités différentes à travers des extraits vidéos.

Le premier on va voir comment s’amarrer sans utiliser de gaffe.

Le deuxième on va utiliser une gaffe.

Pour le troisième et le quatrième, on va utiliser des mousquetons automatiques.

EXTRAIT VIDEO #3 : Source : TRUE SAILOR.

Dans la vidéo que l’on vient de voir la position qu’on doit avoir lorsqu’on utilise pas de gaffe c’est d’être allongée à l’avant du pont.

Le soucis, c’est que cette position allongée à plat pont elle est dangereuse.

D’où vient le danger?

Et bien on va facilement se blesser.

D’abord parce qu’il y a les taquets à proximité, il y a ensuite le chaumard, où on va faire passer l’amarre.

Le chaumard il faut le voir comme la porte d’entrée de l’amarre.

C’est à travers le chomard que l’amarre va rentrer et sortir du bateau.

En plus du chaumard, on a aussi tout autour de la coque du bateau au niveau du pont, on a un liston.

Le liston est soit en bois soit en métal. Là encore, c’est autant de possibilité de se blesser.

Une meilleure option c’est d’utiliser une gaffe.

C’est ce qu’on va voir tout de suite :

EXTRAIT VIDEO #4. Source : MACIF Groupe

Vous l’avez vu.

Lorsqu’on va utiliser la gaffe on aura deux choses à faire.

D’abord on va soulever légèrement a bouée si elle n’est pas à notre niveau pour pouvoir ensuite,

Deuxième chose, passer notre amarre au niveau de l’anneau.

Il y a aussi un système qui permet en fait de faire les deux à la fois.

C’est grâce au mousqueton automatique.

Deux MĂ©thodes Mousquetons magiques

C’est ce qu’on va voir maintenant.

EXTRAIT VIDEO #5. Source : TRUE SAILOR

Dans la vidéo précédente, on a utilisé un mousqueton automatique.

Comment ça marche ?

Et bien le mousqueton automatique est installé à l’extrémité d’une amarre.

Il est équipé d’un anneau.

Par défaut le mousqueton, il est fermé.

Pour ouvrir le mousqueton il faut qu’il y ait d’un côté de la tension au niveau de son amarre.

Et de l’autre côté, on doit pousser sur l’anneau.

On va pousser sur l’anneau avec la gaffe en plaçant l’extrémité de la gaffe dans l’anneau !

Malin, non?

On va pouvoir installer ce mousquetons au niveau du coffre, sans avoir à soulever la bouée jusqu’à nous.

Il existe aussi un système encore plus simple.

Dans ce système, on n’a pas besoin de tirer sur l’amarre.

Il suffit juste d’utiliser la gaffe.

C’est beaucoup plus simple.

Il existe plusieurs marques : Handydock, handyduck.

On va voir dans la vidéo qui suit l’exemple de l’handyduck.

EXTRAIT VIDEO #6. Source : Saori et Tabarly

C’est bien joli tout ça …

Mais ici on n’a pas ce genre de mousquetons automatiques.

Ou pire !!!

Et si on a perdu la gaffe, on fait comment?

Et bien il y a d’autres possibilités lorsqu’on fait la manoeuvre au moteur.

On peut aussi la faire en marche arrière.

Prendre un coffre : marche arrière façon Michael Jackson

La théorie : deux avantages indéniables

Cette technique a plusieurs avantages.

D’abord si le bateau a à l’arrière une jupe arrière, ça sera plus facile puisqu’on sera plus proche du niveau de l’eau, par rapport à l’étrave qui sera plus élevé sur l’eau.

Et c’est aussi le cas si on est sur un bateau qui n’a pas de tableau arrière.

Là encore, on va être plus proche du niveau de l’eau à l’arrière du bateau que si on est à l’avant, au niveau de l’étrave.

Autre avantage de faire cette manoeuvre en marche arrière, c’est qu’on va être plus stable.

Oui oui.

On va pouvoir plus facilement immobilisé le bateau, notamment lorsqu’il y a pas mal de vent et que le vent est dominant.

Pourquoi?

Parce que l’avant du bateau est en pointe.

Le bateau ,lorsqu’il va recevoir le vent. Le vent devra faire un coix.

Le vent, il n’est pas centriste.

Il va se décider et voter pour un camp :

  • soit il va aller Ă  droite;
  • soit va aller Ă  gauche.

Lorsqu’il va choisir son camp, le bateau lui, il va swe diriger :

  • d’un cĂ´tĂ©;
  • ou de l’autre

À l’avant on va avoir plus de difficultés à immobiliser le bateau.

Alors que à l’arrière, là le bateau, il offre une surface plus homogène, plus plane au vent.

Il va donc être plus stable. C’est d’ailleurs un élément très important lorsqu’on fait des manoeuvres de port.

On va chercher Ă  ĂŞtre le plus longtemps possible cul au vent.

C’est à dire donner l’arrière du bateau au vent.

Ce sont des avantages de faire cette manoeuvre en marche arrière.

La pratique : Le jeu des amarres pour déhaler

Voyons maintenant dans un extrait vidéo comment réaliser cette manoeuvre.

EXTRAIT VIDEO #7. Source : Tabascopierro

Vous venez de le voir, il est possible de prendre un coffre en marche arrière.

D’abord, on va faire une marche arrière pour pouvoir se rapprocher du coffre.

On placera ensuite l’amarre dans l’anneau.

Ensuite, on déplace l’amarre pour qu’elle soit placée à l’avant du bateau.

Par contre cette manoeuvre ici, elle est réalisée à la main.

Du plus, l’amarre n’est pas frappée au taquet.

C’est possible quand il n’y a pas de vent, pas de courant, pas mer.

Bref, quand c’est le calme plat.

Par contre, idéalement on va utiliser 2 amarres. Et on va toujours frappé à un taquet du bateau une des extrémités de l’amarre que l’on utilise.

Je dessine ici l’élément dominant, et notre coffre.

On va arriver sur le côté par l’arrière.

On évitera de faire une marche arrière en visant directement le coffre.

Comme pour la marche avant, on vise sur le côté du coffre, sous le vent.

EN marche arrière, c’est pareil.

On va faire une marche arrière en allant un point juste sous le vent du coffre.

Comme ça, si on a trop de vitesse, on ne va pas foncer dans le coffre au risque frapper sur le coffre avec le safran ou la quille du bateau.

On s’oriente donc sur le côté du coffre.

D’abord, on installe notre amarre à l’arrière.

En prération, on aura aussi frapper une extrémité de l’amarre au taquet arrière qui est le plus proche du coffre.

Une fois que ça c’est fait, là on se détend.

On est déjà amarrer.

On est tranquille.

Maintenant, il ne reste plus qu’à utiliser une autre amarre pour se retrouver comme ici, nez au vent.

Comment est-ce qu’on va faire ça?

On va utiliser une autre amarre.

Cette fois-ci à l’avant.

On aura frappé une amarre à l’avant.

Et on va venir à l’arrière avec l’autre extrémité de l’amarre.

On placera l’amarre dans l’anneau.

On revient ensuite dans le bateau.

L’amarre doit être toujours extérieur du bateau. À l’extérieur de filières.

On va revenir ensuite vers l’avant avec l’extrémité libre de l’amarre frappée à l’avant.

Ensuite, on va pouvoir donner du mou légèrement à l’arrière.

À l’arrière au contraire, on va reprendre un maximum de mou.

Comme ça, on va faire pivoter tout doucement notre bateau.

À l’arrière, on va donner du mou.

Et à l’avant, on va en reprendre un maximum.

Et là comme par magie…

Petit à petit…

Le bateau va s’orienter le nez vers le coffre.

On arrivera à un moment où à l’arrière il n’y aura plus de mou à donner.

On va donc lâcher l’amarre d’un côté.

Et on récupère rapidement de l’autre.

Et, à la fin, on va se retrouver avec notre pâte d’oie à l’avant de notre bateau.

Dans cette opération, on a déplacé le bateau sans utiliser le moteur.

On a utiliser unioquement les amarres.

Cela s’appelle déhaler.

On a déhalé le bateau.

Prendre un coffre : précautions pour choper le trésor, sans faire sonner l’alarme

Pour être informé dès qu’une nouvelle vidéo sera publiée, vous pouvez :

  • cliquer sur ce lien pour vous abonnez Ă  la chaĂ®ne Youtube : https://a-la-voile.fr/Cyoutube
  • penser aussi Ă  cliqer sur la cloche pour recevoir les notifications

Comme promis on a vu :

Qu’est-ce qu’un coffre ?

On a vu aussi les différentes étapes pour prendre un coffre.

Maintenant, on va avoir quelques précautions à prendre pour réussir la manoeuvre.

Premièrement : le tour mort

Première précaution à prendre, c’est de s’assurer de bien amarrer notre bateau au niveau du coffre.

Surtout lorsqu’on y reste plusieurs heures.

Idéalement, lorsqu’on y reste longtemps, il vaut mieux ne pas le placer en double, sur le schéma.

On ne va pas passer l’amarre en double.

On fera un tour mort dans l’anneau.

Pour faire un tour mort dans l’anneau, le principe est le même.

Que ce soit pour prendre un coffre.

Ou que ce soit un anneau qui est placé au niveau du quai au port.

Ce qu’on va faire c’est rentrer l’amarre deux fois dans l’anneau.

On obtient ainsi un tour mort.

Je fait là encore un petit schéma.

Avec l’amarre je viens faire mon tour mort en passant d’abord une fois et ensuite une deuxième fois dans l’anneau.

Je frappe l’extrémité au taquet pour finir.

Le passage en double ne suffit pas lorsqu’on reste longtemps sur le coffre.

Pourquoi?

Parce que en double, à chaque mouvement du bateau, on va user petit à petit l’aussière.

Pour l’éviter, il faut mieux faire un tour mort.

Avec le tour mort, l’amarre ne frottera pas sur l’anneau. Cela s’appelle le ragage.

Deuxième précaution.

Deuxièmement : la chaîne sous la bouée

Si on reste longtemps sur le coffre, on doit prendre encore plus de précaution.

Si on pense même dormir en étant amarrer au coffre, on va s’amarrer directement à la chaîne sous la bouée.

La chaîne est directement liée au corps mort ou à l’ancre visé au fond.

C’est donc plus sûr de s’y amarrer.

On fera, lĂ  encore, un tour mort!

Troisièmement : ne faites pas de gaffe comme Gaston

Troisième précautions à prendre c’est de ne pas passer par dessus bord.

Surtout pour l’équipier qui est à l’avant et qui a la gaffe en main.

Dans le feu de l’action, on a envie d’y arriver.

On veut atteindre l’anneau avec la gaffe.

On peut parfois aller trop loin et là … PLOUF !

Quatrième précaution à prendre.

Quatrièmement : Si l’amarre vous largue, ne la harceler pas.

Lorsque l’amarre force, il faut la relâcher, il ne faut pas la retenir.

On se place ici dans le cas où on a le vent, la bouée comme sur ce schéma.

On a s’est approché avec un petit peu trop de vitesse.

L’équipier a eu le temps de passer l’amarre dans l’anneau.

Mais il n’a pas encore frappé l’amarre au niveau du taquet.

Par contre, de la vitesse, on en a.

Le bateau il va donc avancer.

Dans le même temps l’équipier est en train de tirer sur l’amarre.

Il doit pour ça forcer, parce que le bateau tirer dans l’autre sens.

Le bateau ne va pas aller tout droit.

Il va au contraire tourner, tourner et tourner.

LĂ  on est parti dans une valse avec le coffre.

Et il va continuer Ă  tournoyer.

Première possibilité, l’équipier lâche finalement l’amarre.

Et on peut se retrouver au vent du coffre.

L’amarre est dans l’eau, on ne l’a pas encore monter sur le bateau.

On ne peut pas encore remettre le moteur.

Et nous qu’est-ce qu’on fait ?

On va dériver tranquillement sur le coffre.

Et potentiellement, on va taper dans le coffre avec soit la quille, soit le safran.

Je vous le rappelle, l’objectif, n’est pas de frapper un grand coup dans le coffre, mais juste de prendre le coffre.

Autre possibilité, si on est à la voile, ça va faire boum !

Parce que si on continue encore à tourner, on risque l’empannage sauvage.

La la GrandVoile va passer très rapidement de l’autre côté et la bôme avec !

Pour toutes ces raisons, il faut relâcher, récupérer notre amarre et repartir de zéro.

Tranquille.

On calme le jeu.

On refait de manière zen et tranquille la manoeuvre depuis le début.

Ok!

Prendre un coffre : un petit récapitulatif ?

Au final on vu plein de choses :

  • qu’est ce qu’un coffre?
  • comment prendre un coffre?
  • quelles sont les diffĂ©rentes Ă©tapes et quelles sont les prĂ©cautions Ă  prendre pour rĂ©ussir la manoeuvre.

Si cet article vous a plu. Merci de liker et de partager cet article.

C’est une indication que cette vidéo plaît et j’en ferai d’autres comme celles-ci.

Si ce n’est pas encore le cas n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne Barreatribord.

Je vous dis à très bientôt pour un prochain article.

Pour voguer encore plus loin :

Chaîne Youtube source des extraits vidéos

Amis du Sinagot : https://www.youtube.com/watch?v=9qmJwfO0QnQ

MACIF Groupe : https://www.youtube.com/watch?v=n8itMB_ue4o

Saori et Tabarly : https://www.youtube.com/watch?v=lZGalK1mQCw

Tabascopierro : https://www.youtube.com/watch?v=0wPNcvu6s20

TRUE SAILOR :

https://www.youtube.com/watch?v=pEL5hEXDGJ4

https://www.youtube.com/watch?v=aTIWpbBWeJM&t=

Quiz en 7 questions

Pour aller plus loin, testez vos connaissances avec ce quiz en 7 questions :

Prise de coffre @barreatribord prendre un coffre manoeuvre mouillage

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez le partager et en découvrir d’autres qui vous plairont sans doute, juste en dessous.

Termes de recherche:

  • les diffĂ©rentes façon de samarrer Ă  lanneau dune bouĂ©e
  • s\amarrer Ă  l\anneau du coffre
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.