🎥 Hisser la Grand Voile : Comment bien réaliser cette manoeuvre souvent piégeuse?

Partager cette pépite
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

⬇Quiz : testez-vous en fin d’article!⬇

La carte aux trésors afficher
Comment faire hisser la Grand Voile?

Script vidéo : Comment hisser la Grand Voile

Vous avez déjà eu des difficultés à hisser la Grand Voile? Un bout qui se coince? La drisse qui passe là il ne faut pas?

Être obligé de l’affaler (la descendre) partiellement pour régler un problème ?


Et bien, je vous propose une compilation des meilleurs vidéos sur le hissage de la GrandVoile. Ces vidéos révèlent  les bons gestes pour réaliser cette manoeuvre en évitant des erreurs qui peuvent coûter cher.

C’est juste après ça.

Salut les voileux j’espère que vous allez bien. Voici une nouvelle vidéo de barreatribord. Si ce n’est pas déjà fait, vous pouvez télécharger le guide pour bien débuter à la voile. Le lien se trouve dans la description de cette vidéo. 

Avant de voir les extraits des meilleurs vidéos sur le hissage de la GrandVoile, on va définir quelques mots que vous allez entendre, pour que vous sachiez exactement de quoi est-ce que l’on parle.

Hisser la Grand Voile : le vocabulaire de base

Mais c’est quoi au juste hisser une voile?

Hisser une voile, c’est la tirer vers le haut pour l’établir et la préparer pour la navigation. Pour la tirer, on va utiliser un cordage qui s’appelle une drisse.

Lorsqu’on hisse la GrandVoile, on veut donc tirer la voile vers le haut.

Et la GrandVoile, vous pensez qu’elle va se laisser faire?

Pour réaliser la manoeuvre convenablement, il faut s’intéresser d’un peu plus près à la GrandVoile.

Qu’est-ce que c’est qu’une GrandVoile?

Sur les voiliers modernes, la GrandVoile est une voile de forme triangulaire. Elle se trouve à l’arrière du mât. Deux de ses côtés sont fixés à de longues pièces métalliques qui font partie des espars.

  • L’avant de la voile, le guidant, est fixé au mât;
  • Le bas de la voile, la bordure, est fixé à la bôme.

Le surnom de la GrandVoile, c’est GV.

Comment manipuler la Grand Voile

Pour manipuler la GV, on a donc le choix :

  • Soit de manière indirecte : On agit sur le mât ou on agit sur la bôme
  • Soit de manière directe : On agit sur la voile elle-même. 

D’accord, mais comment moi je peux faire bouger le mât, la bôme ou la voile?

C’est très simple ! Pour actionner quelque chose sur un voilier, on va utiliser un cordage! C’est d’ailleurs pour ça qu’il y en a autant sur un bateau. Chacun a une fonction et un petit nom.

On va donc augmenter ou réduire la tension d’un ou plusieurs bouts pour modifier la forme de la GrandVoile.

Faisons l’inventaire des différents bouts qui influence la GrandVoile.

On sait déjà que l’on va utiliser la drisse pour hisser la voile.

Pendant que je vous décris ces cordages, prêter une attention toute particulière à ceux qui vont tirer la voile vers le bas. Ces bouts nous empêche de hisser la voile, on va devoir les relâcher, et les laisser filer librement pour pouvoir tirer notre voile vers le haut.

Dès que vous entendez dans la suite que des bouts tirent la GV vers le bas, notez les précieusement sur un bout de papier !

Vous êtes prêt ?

Voyons tout d’abord les bouts qui permettent d’agir indirectement sur la GrandVoile :

On va agir sur le mât.

Il faut savoir que le mât est maintenu droit par des câbles.

  • À l’avant on a l’étai qui l’empêche de tomber en arrière.
  • À l’arrière, on trouve le pataras, qui l’empêche de tomber vers l’avant
  • Et sur les côtés, on installe des haubans et des barres de flèches, qui l’empêche de tomber sur le côté, à droite ou à gauche.

Sur les voiliers où le gréement est fractionné, l’étai n’atteint pas en tête de mât, il n’arrive pas tout en haut du mât. Sur ces bateaux, on peut tirer sur le pataras. Cela va tirer vers l’arrière la partie haute du mât.

Le mât va entraîner le haut de la GrandVoile et en modifier sa forme.

Passons maintenant aux bouts qui permettent de manipuler la bôme.

On va agir sur la bôme.

La bôme est rattaché au mât par deux points :

À l’avant de la bôme, on trouve une articulation qu’on appelle le vit de mulet.

À l’arrière de la bôme, il y a un bout relie la bôme à la tête du mât, c’est la balancine.

La balancine permet retenir la bôme vers le haut lorsque la GV n’est pas encore établi et prête à être utiliser pour naviguer.

En dessous de la bôme, on a également des bouts :

  • en dessous et vers l’avant, on a le hale bas de bôme qui maintient la bôme vers le bas. C’est l’inverse de la balancine. Au temps jadis, on appelait d’ailleurs la balancine le hale-haut.
  • vers l’arrière, toujours en dessous de la bôme, il y a l’écoute de la GrandVoile. Elle va permettre d’orienter la bôme vers la droite, tribord, ou vers la gauche, bâbord. L’écoute de la GV est lié à un chariot qui permet de modifier le point de tire de l’écoute. L’écoute étant placé sous la bôme, elle ne peut que tirer la bôme vers le bas.

La bôme va, elle aussi, entraîner la GrandVoile et en modifier la forme mais aussi l’orientation de la voile par rapport au vent.

On agit directement sur la Grand Voile

Et pour finir voyons les bouts qui agissent directement sur la GV :

Au niveau de l’avant de la voile, du guidant, voile, il y en a 2 :

  • en  haut, on trouve notre fameuse drisse, le bout qui permet de hisser la GrandVoile. Il tire vers le haut la voile.
  • en bas, on a le cunningham. Qui cette fois, tire l’avant de la voile vers le bas.

C’est deux bouts permettent de régler la tension du guidant.

En dessous de la voile, à la bordure de la voile, on trouve :

  • la bosse d’empointure, qui permet de modifier la forme de la bordure

Tout le long de l’arrière de la voile, la chute de la voile, il y a :

  • les bosses de ris qui sont utilisés pour réduire la voile de notre grande GV. Pour se faire les bosses de ris tire la GrandVoile vers l’arrière et vers le bas.

Voilà, maintenant on sait comment faire pour agir sur la GrandVoile.

Mais, avant de hisser la GV, encore faut-il la trouver.

Où est-ce qu’elle se cache la Grand Voile?

Et bien, avant de la hisser, la GV repose souvent dans un sac, fermé. Elle est invisible à l’oeil nu, protégé du soleil.

Elle se détend confortablement, installé au chaud dans son duvet. Son sac de couchage, c’est un lazy bag. Lazy pour paresseux en anglais. Vous allez bientôt comprendre pourquoi de “paresseux”.

Le lazy bag, ne vient pas seul. Il est associé à des lazy jacks. Ce sont des ficelles qui permettent de guider la GV dans son lazy back. Cela facilité bien la manoeuvre d’affaler la GV, de descendre la GrandVoile. D’où la notion de paresse.

Mais vous allez le voir bientôt, les lazy jacks peuvent poser problème à l’heure de faire la manoeuvre inverse, c’est à dire de hisser la voile, de monter la voile.

Maintenant qu’on a fait l’inventaire des éléments qui pouvaient agir sur la GV, on va s’intéresser de à la notre drisse, avec cette première vidéo.

Suivez le chemin de la drisse, si vous en êtes capable !

Le parcours de la drisse est indissociable des réas. Le réa est une roue à gorge. La drisse passe par cette gorge. Le réa peut être utilisé dans une poulie, dans une boîte à réa ou tout seul, par exemple en haut du mât.

On récapitule, dans le sens inverse de la vidéo précédente.

Voyons le parcours de la drisse depuis la GrandVoile, jusqu’au cockpit. La drisse est en lice pour gagner le Grand Prix du Réa. Je vous averti, mettez votre ceinture et votre casque. Âme sensible, s’abstenir :

  • la drisse est rattachée au point de drisse de la GrandVoile. La pression monte au fur et à mesure que les feux rouges s’allument.
  • Dès que les feux s’éteignent, la drisse fait un départ fulgurant et file iilico dans mât
  • Elle va prendre un virage en épingle à cheveux ultra serré vers le pied du mât. C’est sans doute le virage le plus dangereux de sa vie mais elle le réalise avec brio grâce à un réa situé en tête de mât
  • elle accélère à fond dans la ligne droite, tout le long du mât.
  • elle sort à vive allure du mât par une entrée de drisse qui forte heureusement évite les frictions et préserve notre petit bolide
  • la drisse toujours à fond les gaz exécute un périlleux dérapage contrôlé pour s’orienter à l’horizontal via une poulie de renvoi
  • elle trace ensuite sa route vers le cockpit avec forcément un rapide passage au stand, je veux bien sûr parlé de la boîte à réa
  • et elle va finir sa course folle en pôle position dans le taquet où elle est ovationnée par un public conquis, en larme devant cette magnifique victoire.

Bon c’est pas tout ça, mais on la hisse cette GrandVoile ou pas?

Oui, oui! On prépare la drisse tout de suite dans un autre extrait de la vidéo précédente.

C’est bon? La drisse est claire… comme de l’eau de roche?

Et oui. Les drisses qui frappe sur le mât au rythme du vent, font beaucoup de bruit. Que l’on soit au port ou au mouillage. Et ça peut empêcher de dormir lorsqu’on passe la nuit sur le bateau.

Pour éviter ça, on éloigne les drisses du mât. On peut dévier le chemin de la drisse, comme c’est le cas dans l’extrait de vidéo précédent.

On peut aussi détâcher la drisse de la Grand Voile et la fixer à une filière par exemple. 

Attention à ne pas trop tendre la drisse, au risque de déformer vos filières!

Et retendre les filières, c’est vraiment galère. Donc vous voulez préserver les filières au maximum.

On continue dans la préparation du hissage de la voile avec l’extrait suivant.

Pour hisser la Grand Voile, encore faut-il que la voile puisse monter !

Comme on vient de le voir, on va donc choquer et laisser filer l’ensemble des bouts qui retiennent vers le bas la bôme et la Grand Voile.

On a fait la liste de ces bouts dans l’inventaire lorsqu’on a abordé le vocabulaire. D’ailleurs, je vous avais demandé d’y prêter attention, de les noter précieusement. Vous vous souvenez?

Et bien voici la liste des criminels récidivistes qui pourraient gâcher absolument tous vos efforts :

  • le hale bas de bôme
  • l’écoute de GrandVoile
  • le cunningham
  • et pour finir cette listes, sans doutes les hors la loi les plus dangereux, le trios mafieux des bosse de ris.

On va donc choquer tous ces bouts pour hisser la voile.

Cette étape consiste à la libérer, délivrer même la bôme et la GrandVoile.

Attention tout de même à ne pas choquer trop l’écoute de la GrandVoile. Ok.

L’écoute de GrandVoile a quand même son utilité.

Pourquoi?

Et bien parce qu’on veut que l’ensemble de la bôme reste dans le bateau, proche du cockpit. Ceci aide grandement à hisser la voile dans le cas où la manoeuvre ne se passe pas forcément comme prévu. Nous le verrons très bientôt dans un extrait vidéo à venir.

La drisse est prête, la GrandVoile est libérée.

L’heure est donc venu de hisser la GrandVoile.

Hisser la Grand Voile quand la drisse est au pied du mât.

Être ou ne pas être… face au vent

Effectivement, il faut que le barreur oriente le bateau vers le vent.

Face au vent? Et pourquoi?

On va parler une fois de plus de tension sur la GrandVoile.

Comme on l’a vu précédemment, on libère la GV de la tension de tous les bouts qui la tirent vers le bas. Tous ces soi disants amis qui ne veulent pas la voir réussir et grimper vers sa destinée.

Si on a fait tous ces efforts pour libérer les tensions, ce n’est pas pour que le vent s’engonfle de la voile et la mette en tension. Il nous gonfle un peu le vent.

Voilà pourquoi, on va chercher à faire faseyer la voile. Pour ça, pas besoin d’être pile face au vent. Cela dépend si on a plus ou moins choquer la GrandVoile.

L’art de bien utiliser la drisse pour hisser la grand voile

Dans cette vidéo, vous l’avez sûrement remarquez, la drisse suit un parcours bien plus cours. Elle reste au pied du mât. Elle est d’abord hisser à la volée, c’est à dire à la main sans l’aide du winch.

Le winch est le cylindre fixé au mât qui permet de mettre en tension plus facilement un bout, dans ce cas la drisse de GV.

Ensuite on utilise le winch pour étarquer la drisse, c’est à dire la border pour une durée indéterminée, BDI.

Cette  action est faite en deux temps, d’abord on tire à l’horizontal la drisse et ensuite on récupère les quelques centimètres gagnés.

Cette action peut être réalisé seul lorsque la drisse est au pied de mât. Elle sera faite à deux lorsque la drisse est renvoyée jusqu’au cockpit.

L’équipier au pied de mât, tire la drisse à l’horizontal vers l’extérieur du bateau. Puis il la relâche vers le bas. Au même moment, il a un autre équipier au piano, là où se trouve tous les taquets. Il reprend les quelques centimètres gagné par l’équipier au pied de mât.

On vient de dire que le barreur devait mettre le voilier “face au vent”. Vous allez le voir, dans l’extrait qui suit, avec l’électronique de bord, la manoeuvre peut être simplifiée.

Hisser la Grand Voile en se mettant face au vent avec le pilote automatique

Se mettre face au vent ? Rien de plus simple

Le pilote automatique à plusieurs modes de fonctionnement.

On peut se fixer un cap compas à suivre. On la possibilité de se fixer une route fond en prenant pour objectif un point de passage ou waypoint, que l’on choisi.

Et il y a une troisième option, pensée principalement pour les voileux. On peut aussi se fixer un angle par rapport au vent !

Elle est pas belle la vie.

Comment vérifier qu’on est bien face au vent?

Pour vérifier que l’on est bien face au vent, on peut utiliser plusieurs solution.

Le 50/50 et l’appel à un ami ne font malheureusement pas partie des options.

L’une des possibilités, c’est de regarder la girouette tout en haut du mât, c’est qu’on a vu dans la vidéo.

D’autres moyens existent.

Par exemple utiliser encore l’électronique, puisse qu’on y est. À condition de faire confiance à son installation.

On peut aussi tout simplement, se détendre. Inspirer, expirer. Vivre l’instant. Faire le silence dans sa tête. Pour pouvoir sentir le vent sur sa peau.

Non, je n’ai rien fumé dans les 12h qui précède l’enregistrement de cette vidéo.

Si vous être moins sensible au chatouille du vent, vous pouvez aussi vous aidez d’un doigt. Que vous allez humidifier comme une lettre à poster, avec la langue.

Et ensuite vous changer l’orientation de votre doigt pour détecter là où le fond de l’air est le plus frais.

Revenons tout de suite à la manoeuvre avant que certains esprits s’égare.

Hissons la GrandVoile !

Drisse renvoyé au cockpit

On hisse la Grand Voile sans retenir la bôme.

Dans cette vidéo, j’avoue avoir eu un peu peur pour l’équipier à l’avant avec la bôme qui danse.

Mais toute ma compassion va à la GrandVoile, j’ai eu un peu mal pour elle. Pas vous?

La pauvre GV.

Elle soulevait toute seule tout le poids de la bôme à la force de son tissu tout frêle, sans l’énergie du vent pour la booster. Et sans l’aide de la ba-lan-ci-ne.

La balancine !

Et oui !

À quoi sert la balancine?

À soulager la GV justement !

Lorsqu’on travaille sur la GV, on reprend de la balancine pour que ce soit la balancine qui supporte le poids de la bôme, pas la voile.

Et en plus, hisser la GV sans balancine, cela peut être dangereux pour celui est au piano. Il aurait pu se faire tabasser quinze fois sur le dos ou la tête.

Et même Hercule ne peut pas retenir une bôme à une main lorsqu’il y a du zef.

Bref, retenez bien qu’il faut reprendre le poids de la bôme avec la balancine avant de hisser la GrandVoile.

On continue sur une autre vidéo très instructive. Elle nous rappelle les erreurs à ne pas faire et donne de bons conseils.

Avoir l’oeil pendant le hissage de la GV, autour du voilier et sur la voile

La veille : indispensabkle pour votre sécurité

La veille visuelle à 360°. Cette veille doit être permanente selon le RIPAM, c’est à dire le REGLEMENT INTERNATIONAL POUR PREVENIR LES ABORDAGES EN MER.

Elle est d’autant plus essentielle lorsqu’on est peut manoeuvrant et en pleine manoeuvre.

Ce n’est pas forcément évident en pleine manoeuvre, mais il est nécessaire de prendre le temps de prendre du recule et de regarder l’environnement autour de soi.

Prévenir et guérir les maux de la Grand Voile

Parlons des bosses de ris qui coincent. Je ne vous dirai pas “Je vous l’avais bien dit”. Mais j’espère qu’avec cette vidéo vous comprenez l’importance de connaître les bouts à choquer et laisser filer. Et aussi l’importance de s’en souvenir avant de commencer à border la drisse.

En préparant bien la manoeuvre, vous limitez les sources de problèmes. Par contre cela ne veut pas dire que tout va toujours fonctionner comme sur des roulettes sous prétexte que tous les points de la check list des préparatifs sont validés.

On doit jeter un coup d’oeil régulier sur le résultat de nos actions sur la voile.

Regarder en haut de la voile, parce qu’on la hisse vers le haut. Mais aussi à l’arrière et à l’avant.

Qu’est-ce qu’il faut regarder au juste?

L’indice clé qu’il y a un problème c’est d’abord la tension au niveau de la drisse. Si ça coince, ne forcez surtout pas.

Regardez attentivement, observez avec attention, menez votre enquête visuelle.

Y a-t-il un pli bizarre en haut, en avant ou à l’arrière de la voile?

Par exemple, même après avoir vérifié correctement les bosses de ris, elles peuvent avoir parfois du mal à sortir de la bôme. Il faut alors les tirer à la main depuis l’arrière de la bôme.

Vous avez pu le constater dans cette vidéo.

D’où l’intérêt de ne pas trop choquer la bôme et de la garder dans le bateau.

Après avoir hisser et étarquer la GrandVoile, il reste encore quelques étapes avant de pouvoir naviguer avec notre belle GV.

Dernier gestes avant de profiter de notre Grand Voile hissée.

Après avoir hissé, on va donc choquer la balancine. On le fera en douceur pour ne pas donner un coup de massue à un coéquipier placé juste en dessous. Même si il a mangé la dernière tartine de tapenade à l’apéro, égoïstement, sans partager.

On va ensuite pour reborder l’écoute et le halebas. Pour pouvoir naviguer rapidement avec la GrandVoile, on donnera la priorité à l’écoute de GrandVoile. On reborde d’abord l’écoute et ensuite le hale bas de la bôme.

Idem lorsqu’on navigue et que l’on doit prendre un ris. On donne la priorité à l’écoute de GV, on la choque au dernier moment. Priorité à la marche du bateau. On choquera le hale bas de la bôme. Ensuite, lorsque tous les préparatifs de la manoeuvre seront près, à ce moment là, on choquera l’écoute de GV.

Merci d’avoir regardé cette compilation sur comment hisser la Grand Voile

Voilà, c’est la fin de cette compilation vidéo sur le hissage de la GrandVoile.

S’il y a une chose à retenir, c’est de libérer la GrandVoile de toute tension avant de commencer à la hisser.

Je vous invite à appliquer les conseils qui vous sont donnés dans les extraits de ces vidéos au cours de votre prochaine sortie sur l’eau.

Vous avez d’autres conseils pour hisser la voile qui ne sont pas abordés dans cette vidéo? Dites le en commentaire!

Cela aidera d’autres voileux qui verront cette vidéo après vous.

Pour aller plus loin, vous avez la possibilité de testez vos connaissances sur le blog à travers un quiz de 7 questions. Le lien vers ce le quiz se trouve dans la description de cette vidéo.

Vous pouvez vous inscrire à ma chaîne barreatribord pour être informé dès que la prochaine vidéo sera en ligne.

À très bientôt,

Dites moi en commentaire quels conseils vous appliquerez ou quels autres conseils vous donneriez pour hisser la GV !

Pour voguer encore plus loin :

Quiz en 7 questions

Pour aller plus loin, testez vos connaissances avec ce quiz en 7 questions :

quiz Hisser la Grand Voile barreatribord allure pres face au vent

Chaîne Youtube Source des extraits vidéos

netprof : https://www.youtube.com/watch?v=zykLzAHo5Co

Tabascopierro : https://www.youtube.com/watch?v=yutOlpYepCo&t=92s

Team Pastaga : https://www.youtube.com/watch?v=pFWoInpS6HM

TRUE SAILOR : https://www.youtube.com/watch?v=fapuCrybdtE

Saori et Tabarly : https://www.youtube.com/watch?v=HQNjyaL8iDM

zembra pour les nuls : https://www.youtube.com/watch?v=aKf4ml-Expc

Termes de recherche:

  • grand voile hisser
  • hisser les voiles jusquau bout de nos reves
  • manoeuvre hisser la grande voile
  •  
    1
    Partage
  •  
  • 1
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.