🎥 Etrave – Définition – où ? – quelles formes ? – 3 exemples pratiques

Partager cette pépite
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Echo

Tango

Roméo

Alpha

Victor

Echo

Vous l’aurez deviné c’est le mot étrave.

C’est ce dont on va parler aujourd’hui.

Qu’est-ce que l’étrave ?

Où se cache l’étrave ?

L’étrave, c’est un epartie du bateau. C’est l’extrémité avant de la coque du bateau. Et comme toutes les parties de la coque du bateau, l’étrave à une partie émergée. C’est à dire au dessus de l’eau, au dessus de la ligne de flottaison du bateau. Et puis l’étrave a aussi une partie immergée qui se trouve sous l’eau.

La partie émergée de la coque s’appelle les oeuvres mortes. La partie immergée s’appelle les oeuvres vives. Les oeuvres vives, on les ‘assimile aussi à la carène. Au final, l’étrave, c’est le nez du bateau.

L’étrave est en super forme.

Nez pointu

Et vous l’avez déjà sûrement remarqué, le nez du bateau change de forme en fonction du bateau. Il y a des bateaux qui y ont un nez plutôt pointu.

  • Un nez pointu et complètement à la verticale, c’est une étrave qui est droite.
  • Un nez pointu mais un peu plus avancé, elle est inclinée. Ici, le haut de l’étrave avance plus que le bas.

Nez arrondi

On a aussi le cas des étraves qui sont plutôt arrondies.

  • Soit le nez est à la verticale, c’est le cas de l’étrave ronde.
  • Soit le nez est avancé et là c’est une étrave élancée.

Les étraves élancées sont très répandues sur les vieux gréements de course par exemple. D’ailleurs, j’ai fait une vidéo sur les vieux gréements. Si vous la regardez, vous serez incollables sur l’identification des différents gréements, les vieux et plus jeunes.

Etrave au nez plat

Autre possibilité de nez. Le nez complètement plat.

Un exemple très célèbre, c’est l’optimiste. Ce type de nez a un avantage. Pour une même longueur de bateau :

  • si l’étrave est plate, le bateau sera beaucoup plus large;
  • si elle est pointu ou arrondi, le bateau sera plus étroit à l’avant.

Maintenant, on va voir trois exemples pratiques à propos de l’étrave.

Voyons maintenant le premier exemple !

Le davier protecteur de l’étrave.

On va se placer au mouillage. Lorsqu’on veut mouiller, on va utiliser la ligne de mouillage. On va descendre l’ancre et pour ça on a un allié ! Notre complice va nous faciliter la tâche.

Il se trouve au dessus de l’étrave. C’est le davier.

Le davier va nous permettre de facilement descendre et remonter la ligne de mouillage.

Comment ?

Grâce à un réa, qui se trouve complètement à l’avant du davier.

Le réa qu’est-ce que c’est ? C’est une petite roue que l’on trouve dans les poulie par exemple.

Le davier, il va nous permettre de facilement descendre et remonter l’ancre.

Deuxièmement, il va aussi nous permettre d’aligner la ligne de mouillage du bateau à l’axe du bateau.

Comme ça, lorsqu’on jette l’ancre, on gardera aligné l’ancre, la chaîne et le câblot, le cordage qui relie la chaîne au bateau. Ils resteront alignés dans l’axe du bateau.

Le davier a aussi un troisième rôle. Il permet de pouvoir éloigner un petit peu l’ancre de la coque. Comme ça, lorsqu’on descend ou qu’on remonte l’ancre, on a moins de risque de taper la coque avec l’ancre.

Voilà pour le premier exemple.

Si cet article vous a plu jusqu’ici merci de :

  • le liker ;
  • et le partager !

Ca m’encouragera à en faire d’autres comme celui-ci. 

Sachez aussi que je vous offre un guide pour bien débuter à la voile. Votre ebook cadeau est ici : https://a-la-voile.fr/ebook-debuter-voile

Voyons maintenant le deuxième exemple.

Le propulseur d’étrave pour jouer au Tetris

On va se placer non pas au mouillage mais cette fois-ci au port !

Lorsqu’on est au port, on va devoir faire une manoeuvre de port.

Et pour certains bateaux, on a aussi un allier pour nous aider. Cela concerne les bateaux qui font 40 pieds, 50 pieds, les plus gros bateaux.

Ils sont équipés au niveau de la proue d’un propulseur d’étrave.

Le propulseur, qu’est ce que c’est?

C’est une hélice qui est actionnée par un moteur électrique.

Cela va permettre de pousser l’étrave soit à droite, soit à gauche.

Et du coup, de faciliter énormément les manoeuvres de port.

C’était le deuxième exemple.

La vague d’étrave : on enfourne ou on déjauge ?

Troisième exemple en lien avec l’étrave : c’est la vague d’étrave.

Lorsqu’elle avance dans l’eau, l’étrave va former une vague qui sera à l’avant du bateau.

Et là trois possibilités.

Une possibilité où tout va bien en temps normal, la vague d’étrave se trouve à l’avant de l’étrave.

Ici, pas de soucis.

Il y a deux autres cas : un cas qui est très favorable et un autre qui est assez défavorable.

On enfourne : on est planté mon capitaine…

Je vais commencer par le cap défavorable.

C’est lorsqu’on va littéralement plonger dans la vague !

Le nez du bateau va piquer, se planter dans l’eau et on va être arrêtée net. On dit enfourner.

Voire pire, si on a beaucoup de vitesse. Comme par exemple, les gros bateaux de course multicoques.

Dans le cas des multicoques qui ont énormément de vitesse, l’avant du bateau se plante.

Et ensuite, avec l’inertie du bateau, l’arrière du bateau va commencer à se soulever, se soulever, se soulever et parfois même jusqu’à chavirer vers l’avant.

On vient de voir le cas défavorable

On déjauge : vive le planning !!

Le cas favorable, celui là, c’est lorsqu’on arrive à passer au dessus de la vague d’étrave.

Et là, on part au planning et ça s’appelle déjauger.

Lorsqu’on déjauge, le haut du bateau n’est plus au contact de l’eau. En partant au planning, on va littéralement surfer et glisser.

Pour en finir avec la vague d’étrave, une chose à savoir, c’est qu’il y en a qui adore jouer dans cette vague.

Les dauphins jouent à l’étrave : on ne s’en lasse pas.

Ce sont nos amis les dauphins !

On a de la chance !

Parce que les dauphins, on les trouve un peu partout sur le littoral en France.

Que ce soit en Manche, dans l’Atlantique ou en Méditerranée.

On peut profiter du spectacle et les voir jouer avec nous.

Et ça, on a beau les avoir vus, revus, vraiment on ne s’en lasse pas.

Voilà !

C’était tout pour l’étrave.

J’espère que cette vidéo vous a plu.

Pour aller plus loin, vous pouvez :

Voilà, je vous dis à très bientôt.

Salut !

Pour voguer encore plus loin

Le contraire du mot étrave

Le mot étrave est souvent utilisé pour désigner l’avant du bateau, la proue. Donc le contraire c’est la poupe !

Et les autres parties du bateau alors ?

Vous pouvez les découvrir à travers la vidéo : Dessine moi … un dériveur : structure détaillée du Petit Prince de la voile légère.

L’étrave est si fascinante qu’un livre lui est dédié.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez le partager et en découvrir d’autres qui vous plairont sans doute, juste en dessous.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.