🎥 Réglage des voiles – Définition – Où ? – Comment ? – 3 exemples pratiques

Partager cette pépite
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Romeo
Echo
Golf
Lima
Alpha
Golf
Echo

✅ Réglage !

Réglage de voiles, mais pas que !

Vous allez le voir.

L’objectif du réglage, c’est d’optimiser la marche du bateau pour le cap que l’on suit.

Et pour ça, on va prendre en compte plusieurs choses.

D’abord l’allure à laquelle on navigue.

Puisqu’en fonction de notre cap, on aura une orientation par rapport au vent. On sera soit dans la famille :

  • des allures de près
  • de portant
  • ou alors on sera au travers.

Deuxième chose que l’on va prendre en compte, c’est l’état de la mer.

La mer peut être toute plate, très calme.

On peut aussi avoir de la houle assez régulière.

Ou au contraire, on pourra avoir des vagues irrégulières, et même, qui se croisent.

Bref des états de la mer qui sont différents.

Troisième élément à prendre en compte maintenant.

Forcément, on navigue à la voile, donc on doit faire avec le vent !

Et le vent, il va évoluer en force, en intensité. Et on va aussi avoir de temps en temps des rafales.

Ce sont trois éléments à prendre en compte pour faire nos réglages.

Pour cela, on va s’intéresser d’abord à une première question :

Où est-ce qu’on va faire les réglages ?

Pour cela, il vaut voir une chose.

Lorsqu’on navigue à la voile, qu’est´ce qui se passe ?

On a le vent qui arrive. Il a une certaine vitesse.

Il va créer de la pression au niveau de la surface de nos voiles. Ça va nous donner une force qui va elle-même nous donner notre puissance.

Et avec cette puissance-là, on fait quoi ? On va transformer cette puissance en vitesse sur l’eau grasse à la carène, grâce à la coque du bateau.

Donc pour passer de la vitesse du vent à la vitesse de notre bateau sur l’eau, on va avoir besoin principalement de deux choses.

On va avoir besoin de nos voiles et aussi de la carène de notre voile.

Donc lorsqu’on parle de réglage, c’est vrai qu’on parle souvent de voiles. Mais il faut aussi penser à la carène !!

Comment est-ce qu’on va réaliser le réglage ?

Comment est-ce qu’on va faire le réglage au niveau des voiles et de la carène ?

On commence par le réglage des voiles.

Les voiles, on en a deux.

On va pouvoir jouer sur l’association des voiles.

En fonction de l’allure et des conditions de navigation, on adaptera la voilure de la grand-voile. On pourra changer la voile d’avant, etc.

On vient de voir l’association des voiles.

Ensuite pour le réglage d’une voile en particulier, on va le faire en deux temps.

D’abord on va s’intéresser à l’orientation de la voile par rapport au vent. Et ensuite, on va s’intéresser à des réglages plus fins. Là, on va ajuster le volume de la voile. C’est-à-dire la capacité de la voile à retenir le vent. Et la deuxième chose qui nous intéresse, c’est la forme de la voile. On va ajuster le vrillage.

À partir de tout ça, on va pouvoir régler notre voile.

Passons à la carène

Parlons de la carène maintenant, il y a deux choses importantes.

La première chose, c’est que la carène doit être propre !

Elle doit être lisse pour qu’on puisse bien avancer sur l’eau. Pour ça, il faut qu’on s’occupe de la surface de la coque. Et que l’on fasse donc un carénage.

Le carénage peut se faire par un professionnel ou on peut le faire soi-même sur son bateau.

Et d’ailleurs, si vous voulez avoir plus d’informations sur comment réaliser le carénage vous-même, je vous invite à découvrir une formation réalisée par Florian du blog nautisme pratique.

Le lien se trouve ici : https://a-la-voile.fr/carener_comme_un_pro

Je vous le dis en toute transparence. Si vous décidez d’investir dans cette formation et que vous passez par le lien au-dessus :

  • le prix ne change pas pour vous ;
  • je gagne une commission.

C’est donc la première chose au niveau de la carène : c’est le carénage.

Et la deuxième chose, c’est la position de la carène dans l’eau. Et pour ça, on va pouvoir modifier la répartition des poids sur le bateau. Que ce soit les objets sur le bateau ou tout simplement l’équipage. On va pouvoir ainsi agir sur la position de la carène.

Maintenant, on va voir trois exemples pratiques concernant le réglage à travers plusieurs scénarios.

barreatribord 0 LIVE IG definition REGLAGE des voiles commant bien faire creux et vrillage

Scenario # 1 : Réglage des voiles et carène pour passer les vagues

Passons tout de suite au premier scénario.

On est en train de naviguer à une allure au près. On a un vent médium. C’est-à-dire que l’on avance bien avec notre bateau. On n’est pas en surpuissance, on n’a pas besoin de réduire la voilure.

Mais, il y a des vagues !

La mer est un peu formée, on a des vagues. Notre objectif, en réglant les voiles, c’est de pouvoir passer les vagues !!

Côté carène, on fait quoi ?

Ce qu’on va faire, c’est de réduire autant que possible l’effet de tangage. Lorsqu’on va passer les vagues, le nez du bateau va remonter puis redescendre la vague. Ce mouvement de balancier d’avant en arrière, le tangage, on va le réduire. Pour ça, on va réduire les poids le plus au centre possible du bateau.

On va éviter de garder beaucoup de poids à l’extrémité avant et arrière du bateau. Cela va aussi nous permettre de plus facilement passer les vagues.

On vient de voir ce qu’on fera pour la carène.

Maintenant, parlons des voiles.

On va avoir besoin d’une voile qui sera puissante pour pouvoir passer les vagues. Il faut aussi qu’elle soit tolérante pour qu’elle puisse s’adapter à la phase de montée et de descente de la vague.

Prenons le cas du génois.

On va avoir besoin d’un génois puissant, donc creuse. Et il faut qu’il soit aussi tolérant. Il faut que le creux soit placé à l’avant de la voile, au guidant de la voile.

Comment est-ce qu’on va creuser le génois ?

On va fermer la chute et on va aussi choquer, donc relâcher, la bordure. Et ça, on va pouvoir le faire en un seul mouvement. On va tendre la chute et relâcher la bordure en déplaçant le chariot. On va avancer le chariot. Comme ça, on va pouvoir faire les deux en même temps.

Comment est-ce qu’on va avancer le creux ?

On va prendre un peu plus de tension sur la drisse pour que le creux se rapproche du guindant, l’avant de la voile. Donc, on va étarquer la drisse.

En résume, on vient de voir le cas du génois

Deuxième scénario maintenant.

Juste avant ça !

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas :

  • à le liker ;
  • et à le partager !

Sachez aussi que je vous offre un guide pour bien débuter à la voile. Votre ebook cadeau est ici : https://a-la-voile.fr/ebook-debuter-voile

Voici donc le deuxième scénario.

Scenario # 2 : Réglage des voiles et carène au près dans le petit temps

Cette fois, on est toujours au près. Sauf que cette fois il y a quasiment pas de vent. La mer est complètement plate.

L’objectif sera différent.

Notre objectif sera :

  • d’abord de freiner le moins possible l’avancée du bateau sur l’eau
  • ensuite de capter un maximum le vent.

Pour éviter les freins, on s’intéresse à la carène.

La carène : éviter les freins !

Il faut voir que le bateau est un peu plus fin à l’avant. On va chercher à répartir les poids plutôt vers l’avant du bateau. On va ainsi soulager l’arrière du voilier. L’arrière sera un peu plus hors de l’eau.

Pour avoir moins de freins dans l’eau, on peut faire autre chose pour réduire la surface mouillée.

C’est d’avoir un peu de gîte. Lorsqu’on a eu peu de gîte, on réduit la surface mouillée. Mais attention à ne pas avoir trop de gîte pour ne pas perdre l’avantage de la gîte !

Donc, une légère gîte.

Et pour ça, lorsqu’il y a peu de vent, on va répartir les poids sous le vent.

Tout à l’heure, on a dit qu’il valait mieux que les poids soient répartis à l’avant. On vient de rajouter des poids sous le vent

La répartition des poids vers l’avant ET sous le vent aura tendance à orienter le bateau vers le vent.

C’est-à-dire à faire lofer le voilier.

Et ça, ça nous arrange. Parce que lorsqu’il y a peu de vent, dans le petit temps, le bateau il a tendance à être mou et donc à abattre.

On vient de voir les précautions à prendre au niveau de la carène pour éviter de freiner le bateau.

Et une chose, pour ne pas freiner le bateau, c’est d’éviter de déplacer le safran avec la barre. On doit le moins possible toucher à la barre. Et si on veut changer, il faut que les changements soient vraiment minimes. On va ainsi réduire au maximum les coups de frein. Puisqu’un coup de barre c’est un coup de frein.

On vient de voir la partie carène pour ce scénario.

Maintenant, on va s’intéresser à la partie voile.

Les voiles : accueillir le moindre souffle de vent

Notre objectif va être d’accueillir le moindre souffle de vent.

Pour ça, on va artificiellement donner une forme à la voile.

D’abord, on va lui donner du volume à la voile.

Je prends l’exemple de la Grand-Voile. On a pris l’exemple tout à l’heure. Comme ça, pas de jalouse.

La Grand-Voile, on va lui donner plus de volume en la creusant.

Pour ça, on va pouvoir relâcher un peu la bordure. C’est-à-dire choquer la bosse d’empointure.

Une fois qu’on a donne du volume…

… on va aussi donner une forme à la voile, en vrillant la voile.

Pour ça, on va relâcher un peu d’écoute de grand voile, de hale-bas de bôme. Et on pourra aussi remonter un peu au vent le chariot de la Grand-Voile.

Ici, l’objectif est de la vriller. Comme ça on va avoir une voile qui va mieux accueillir le moindre souffle de vent.

Il y a un élément qui va nous aider.

Souvenez-vous.

On a créé une gîte artificielle en se plaçant sous le vent.

À défaut d’avoir du vent, la voile va se gonfler grâce à la gravité. C’est-à-dire grâce à son poids. Elle va donc prendre forme grâce à son poids.

Voilà, on vient de voir le réglage de la voile dans le petit temps, lorsqu’il y a peu de vent.

Au total, on aborder ensemble deux scénarios de réglage de voile, pour deux conditions de navigations différentes.

Faire un réglage, c’est très bien.

Mais le résultat, c’est quoi ?

Et comment est-ce qu’on va faire pour juger du résultat de notre réglage ??

Pour ça, on va voir le troisième point.

Réglage des voiles : comment vérifier ?

Comment est-ce qu’on peut vérifier si notre réglage est bon ou pas ?

Repère sensoriel invisible

D’abord, au niveau de la conduite. C’est-à-dire l’équilibre au niveau de la barre. Lorsque le réglage est bien fait, on va avoir besoin de faire peu de mouvement de barre pour conserver le même cap. C’est un signe que le réglage est bon.

Repère visuel

Un autre signe de bon réglage, ce sont les repères visuels. Pour le près, on a des repères, au niveau de la voile d’avant, qui sont les penons de la voile. Au guidant de la voile: Pour la Grand-Voile, on a les faveurs qui sont à l’arrière, au niveau de la chute.

Ce sont les repères visuels pour le près.

Au portant, lorsqu’on utilise les voiles de portant, on va observer la forme générale de la voile. Que ce soit un spi symétrique, asymétrique ou un gennaker.

On va aussi regarder la larme !

La larme qui apparait, qui disparait au guindant de la voile. La voile qui inspire, qui expire.

Une voile qui respire.

Ce sont donc les repères visuels.

Repère de gain de vitesse

Et puis, tout simplement, un bon réglage va nous permettre d’avoir plus de vitesses !!

L’augmentation de vitesse va être ressenti en termes de sensation de vent. Et on va le ressentir aussi à l’écoute de l’eau qui court sous la coque du voilier.

Evidemment, on va aussi le voir, en regardant la vitesse au lochspeedomètre.

On compare la vitesse avant et après le réglage. Une fois que la vitesse s’est stabilisée après le réglage. Il faut laisser un petit temps au bateau.

C’était tout pour cette vidéo sur le réglage des voiles !

Si ce n’est pas encore le cas, je vous invite à vous inscrire à la newsletter et à la chaîne YouTube.

En attendant la prochaine vidéo, je vous dis à très bientôt.

Salut.

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez le partager et en découvrir d’autres qui vous plairont sans doute, juste en dessous.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.